Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

Non ! à l'usage punitif des allocations familiales

 

La montée de la délinquance juvénile redonne du tonus à l'idée de Pierre Caro : utiliser la menace de suppression des allocations familiales pour amener les parents de jeunes délinquants à exercer un certain contrôle sur leur progéniture. Du RPR à J.P. Chevênement, beaucoup se prononcent en faveur de cette fonction "punitive" des CAF.

Voici ce que nous en pensons :

bullet

 Les parents doivent être responsabilisés, y compris financièrement. Quand les enfants cassent, ou volent, il est normal qu'ils remboursent et payent des amendes.

bullet

 Mais les allocations familiales n'ont pas à être mises à part des autres revenus de la famille. Pourquoi les parents n'ayant qu'un enfant à charge, qui donc ne touchent pas d'allocations familiales, seraient-ils exemptés de sanctions financières ?

bullet

 Les CAF ont déjà abusivement été transformées en bureaux d'aide sociale, il ne faut pas maintenant en faire des annexes des commissariats de police ni des tribunaux. Si la justice et la police ne sont pas à même de faire convenablement leur travail, que l'on change les textes qui les paralysent, que l'on améliore l'efficacité des services, que l'on augmente leurs budgets, mais qu'on ne fasse pas faire leur travail par les CAF !

bullet

 Lorsque les parents sont défaillants dans l'utilisation des prestations familiales, des mesures de tutelle sont prévues ; leur utilisation est parfaitement normale, ainsi que celle des mesures de suivi éducatif.

bullet

 L'une des causes de la délinquance juvénile est la déliquescence de l'autorité, notamment parentale. Il faut aider les parents à exercer l'ascendant qu'il est normal qu'ils exercent sur leurs enfants ; de même pour les enseignants. Une société dans laquelle les enfants peuvent injurier, voire frapper, leurs professeurs et leurs parents, en toute impunité, sans même risquer une taloche (qui, elle, est sanctionnée !) ne peut qu'être la proie de la délinquance.

Accueil Remonter