Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

 

 

Pédagogie : l'affaire d'Abbeville :

 

  

les parents ont-ils leur mot à dire ?

 

"l'affaire du collège d'Abbeville" =  à vous de juger !

 

bullet

Les faits : A Abbeville, un professeur du collège "Millevoye" a choisi de faire livre à ses élèves de classe de 3ième (14-15 ans) le livre d'Agota Kristof "le Grand Cahier" (1986). Ce livre, plaidoyer contre la guerre, comporte plusieurs passages pornographiques : fellation, zoophilie, pédophilie. Des parents d'élève sont allé porter plainte au commissariat de police. Celui ci a interpellé l'enseignant et l'a gardé à vue pendant 24 heures. Une perquisition à son domicile a été effectuée. Devant les protestations, la plainte des parents a été classée sans suite.

 
bullet

les passages litigieux :

page 40 (collection de poche) : "(...) Le chien revient, renifle plusieurs fois le sexe de Bec de lièvre (NDLR : la jeune fille) et se met à lécher. Bec de Lièvre écarte les jambes, presse la tête du chien sur son ventre entre ses deux mains. Elle respire très fort et se tortille. Le sexe du chien devient visible, il est de plus en plus long, il est mince et rouge. Le chien relève la tête, il essaie de grimper sur Bec de Lièvre. Bec de Lièvre se retourne, elle est sur les genoux, elle tend son derrière au chien. Le chien pose ses pattes de devant sur le dos de Bec de Lièvre, ses membres postérieurs tremblent. Il cherche, approche de plus en plus, se met entre les jambes de Bec de Lièvre, se colle entre ses fesses. Il bouge très vite d'avant en arrière. Bec de lièvre crie et, au bout d'un moment, elle tombe sur le ventre. Le chien s'éloigne lentement(...)".

        page 83: Deux enfants rencontre la servante du Curé qui insiste pour les laver. " Elle nous caresse et nous embrasse sur tout le corps. Elle nous chatouille avec sa langue sous les bras, entre les fesses. Elle s'agenouille sur le banc et embrasse nos sexes qui grandissent et durcissent dans sa bouche. Elle est maintenant assise entre nous deux : elle nous serre contre elle. "Si j'avais deux petits bébés si beaux, je leur donnerais à boire du bon lait sucré, ici, là, comme ça". Elle tire nos têtes vers ses seins qui sont sortis du peignoir et nous en suçons les bouts roses devenus très durs. La servante met ses mains sous son peignoir et se frotte entre les jambes. "Comme c'est domage que vous ne soyez pas plus grands ! Oh, comme c'est bon ! Comme c'est bon de jouer avec vous !" Elle soupire, elle halète, elle se raidit".

  on trouve également un scène d'amour à la page 98, une scène de sado-masochisme à la page 92, de pédophilie à la page 94 et d'homosexualité aux pages 95-98.

bullet

Les réactions :

Les représentants FCPE et autonomes du collège se sont solidarisés avec le professeur.

une manifestation de soutien à l'enseignant a été organisée par le SNESS au nom de la "liberté pédagogique".

Jack LANG, Ministre de l'Education Nationale, a déclaré que "les choix pédagogiques d'un établissement scolaire relèvent exclusivement de la compétence des équipes professorales".

Le Procureur de la République a classée sans suite la plainte des parents

Le professeur n'a fait l'objet d'aucune sanction de la part du Rectorat

Dans Libération du 8 décembre, un professeur agrégé de grammaire a soutenu que "Le Grand Cahier" n'était pas plus pornographique que le "Père Goriot" de Balzac. 

L'éditeur du livre (le Seuil) a déclaré "cette initiative nous parait grave, dans ce qu'elle révèle la volonté d'une minorité d'imposer un ordre moral"

bullet

Rappel : l'Article 7 alinéa 2 de la Déclaration des Droits de l'Enfant (ONU) dispose que "L'intérêt supérieur de l'enfants doit être le guide de ceux qui ont la responsabilité de son éducation et de son orientation ; cette responsabilité incombe en priorité aux parents"

 

Accueil Remonter