Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

l'art d'accommoder le progrès 

Tout bouge, tout change : c'est la vie. Plus précisément, les êtres vivants ne cessent pas d'évoluer, à long terme comme à court terme. Une espèce animale disparaît ordinairement quelques millions d'années après son apparition : c'est beaucoup à l'échelle d'une vie humaine, c'est peu à celle d'un univers qui compte une dizaine de milliards d'années d'existence.  

Cet univers lui-même se transforme. Le ciel que nous observons durant les belles soirées d'été n'est pas le même que celui que scrutaient nos ancêtres il y a 2000 ans : les constellations changent de forme et de place. Les astronomes nous disent que l'univers est en expansion, et que sans cesse des étoiles naissent tandis que d'autres s'effondrent sur elles-mêmes, produisant des "trous noirs".

Les mutations des micro-organismes sont beaucoup plus rapides : d'une année sur l'autre, les virus de la grippe ne sont plus les mêmes, si bien que les vaccins sont chaque année différents.

Dans un tel contexte, comment l'homme resterait-il immobile ? Il innove, et le rythme que l'innovation technique imprime aux modifications de nos manières de vivre est de plus en plus rapide. La généralisation du téléphone portable a été trois fois plus rapide que celle de la télévision, cinq ou six fois plus que celles de l'automobile et du téléphone fixe. La diffusion de la carte de paiement à microprocesseur ("puce") a pris quelques années alors que la "bancarisation", le fait que chaque personne ou ménage dispose d'un compte à vue, a requis plusieurs siècles. La production d'OGM (organismes génétiquement modifiés) accélère considérablement les transformations par rapport aux techniques d'hybridation et de sélection antérieurement utilisées.

Et la famille ? Comme l'ensemble des rapports humains, comme la société, elle évolue rapidement. Ce qui ne veut pas dire qu'elle se dénature, qu'elle perde de sa substance. Faut-il la comparer à ces nouvelles variétés de tomates qui sont plus lisses, plus résistantes, plus transportables, mais moins savoureuses, plus cotonneuses ? ou bien à ces roses issues d'une hybridation ou d'une modification génétique savante, qui sont encore plus éclatantes et plus suaves ?

Ni l'optimisme béat ni le pessimisme systématique ne sont des attitudes censées. Les innovations ne sont pas uniformément bonnes, ni systématiquement mauvaises. Surtout, l'usage que l'on en fait n'est pas forcément bon, ni forcément mauvais. La domestication de l'atome fournit du courant électrique à des millions de personnes, mais elle a aussi permis Hiroshima.

Ainsi en va-t-il des évolutions de la famille et de la société. Prenons le développement de l'activité professionnelle féminine : celle-ci peut être une source d'épanouissement pour l'intéressée, pour son mari et ses enfants, un "plus" pour la vie de famille ; mais elle peut aussi être à l'origine de fatigue, de stress, d'une moindre disponibilité à des moments où certains membres de la famille auraient grand besoin de sa présence. L'être humain est libre : de la plus grande participation des femmes à la vie professionnelle, il peut faire un usage excellent, ou un mauvais usage.

Prenons les procréations médicalement assistées. Quoi de plus merveilleux que de permettre d'engendrer à un couple qui serait resté stérile en l'absence de certaines techniques ? Mais la médaille a son revers : la même virtuosité technique permet par exemple de sélectionner les embryons en conservant ceux dont le sexe et d'autres caractéristiques plaisent, et en éliminant les autres. Le don de la vie et l'eugénisme, il y a toujours, comme dans la "Guerre des étoiles", le côté lumineux et le côté obscur de "la Force", c'est-à-dire du progrès technique.

La position de l'Union des Familles face à toutes ces évolutions est un optimisme vigilant.

Optimistes, nous le sommes parce que la famille participe de l'élan vital qui, depuis des millénaires, surmonta les crises, les difficultés, les catastrophes. Fondamentalement, la vie est belle et mérite d'être vécue, et la nouveauté est une composante intrinsèque de la vie. C'est pourquoi nous nous réjouissons de voir s'étendre le champ des possibles ; nous sommes heureux de voir la famille évoluer avec la société, s'adapter aux changements, les provoquer parfois. Heureux et fiers, car il est peu d'institutions qui parviennent comme la famille à évoluer en conservant le meilleur d'elles-mêmes.

Mais l'optimisme sans la vigilance serait la porte ouverte à toutes sortes d' horreurs. L'humanité peut produire la shoah et le goulag aussi bien que Médecins sans frontières et les restos du coeur, Pol Pot aussi bien que Mère Térésa. L'optimisme de l'Union des Familles face aux évolutions n'est donc aucunement "béat". Nous envisageons chaque changement, chaque innovation, avec à la fois le souci d'en tirer le meilleur parti, et celui d'éviter qu'elle ne soit utilisée pour le pire.

Il serait contraire à l'esprit de l'Union des Familles de dire "non" par frilosité, par conservatisme, par peur de ce qui est nouveau. La nouveauté nous attire : elle est la vie-même, et comme nous aimons la vie, nous l'accueillons avec joie. Mais nous savons que l'homme est ambivalent, partagé entre le bien et le mal. Il en découle que l'innovation humaine est elle-même ambivalente, susceptible d'être mise au service du mal comme au service du bien.

Ce n'est pas nouveau. Esope (fabuliste grec) voyait dans le langage la meilleure et la pire des choses. La langue est de fait un merveilleux instrument de communication, de rapprochement, d'amitié, d'humour. Elle est aussi l'outil du mensonge, de la duperie, de la haine, de la pédanterie.

Jacques BICHOT

Accueil Remonter