Pour défendre les majorations de retraite des familles nombreuses cliquez =>

 

les chiffres de l'adoption

Au 1/1/2004, on comptait 23 000 familles françaises agréées pour adopter un enfant. Il est attribué 8000 nouveaux agréments/an à des français.

 

Adoption d’enfants étrangers :

 

Le nombre d'adoptions internationales a quadruplé en 24 ans : En 2004, 4079 visas ont été accordés pour des enfants arrivant de l'étranger (3995 en 2003, 3551 en 2002), ce qui marque une progression.

 

Les enfants sont arrivés en provenance de 77 pays d'origine (69 en 2003, 74 en 2002), parmi lesquels les principaux sont, dans l'ordre : Haïti (507 enfants), la Chine (491), la Russie (445), l'Ethiopie (390), le Vietnam (363), la Colombie (31), Madagascar (292), l'Ukraine (126), la Lettonie…

Les continents d'origine sont, dans l'ordre, l'Europe (1073 enfants), l'Afrique (1083), l'Amérique (1062) et l'Asie (861), ce qui confirme la progressive montée du continent africain.

L'adoption se fait de plus en plus dans des pays signataires de la Convention de La Haye (33 % contre 23 % en 2003).

 

24 % des enfants étaient des bébés de moins d'un an, 29 avaient entre un et deux ans, 29 % avaient entre deux et cinq ans et 18 % avaient 5 ans et plus.

 

Les adoptions se sont réparties entre les démarches individuelles (59 %) et l'adoption par les OAA (organismes agréés pour l'adoption, 41 %), ce qui marque une réelle progression des adoptions par les OAA (35 % des adoptions en 2003). Parmi ces OAA, Médecins du monde a réalisé plus de 300 adoptions.

 

Adoption de pupilles de l’Etat

 

En 1985, on comptait plus de dix mille "pupilles" en France, c’est-à-dire des enfants juridiquement adoptables.

Aujourd’hui, ils sont encore un peu plus de trois mille, dont un peu plus d’un tiers sont effectivement adoptés.

 

En 2003, 2 882 pupilles ont été admis comme pupilles, dont :


– Filiation inconnue : 33,4 % (pour 53 % en 1999)
– Confié par leurs parents : 13,2 % (pour 11 % en 1999)
– Confiés par un de leurs parents : 4,1 % (pour 3 % en 1999)
– Orphelins : 7,7 % (pour 5 % en 1999)
– Retrait total de l’autorité parentale : 11,3 % (pour 7 % en 1999)
– Déclaration judiciaire d’abandon : 26,5 % (pour 18 % en 1999)
– Pupilles admis à titre provisoire : 3,8 % (pour 3 % en 1999).

 

En 2003, 1 009 pupilles (sur 2 882 pupilles au total) ont été placés en vue d’adoption (pour 1 150 en 2001) :


– 707 enfants de moins de deux ans, sur 851 pupilles au total
– 134 enfants de 2 à 6 ans, sur les 258 pupilles au total
– 132 enfants de plus de 6 ans, sur 1 170 pupilles au total.

Les autres, c'est-à-dire le plus grand nombre, trouvent difficilement une famille en raison de problèmes de santé, de handicap, ou parce qu’ils sont plus grands ou en fratrie : autant d’éléments que des parents potentiels ne peuvent pas toujours assumer. Pour eux, l'absence de projet d'adoption s'explique par :


– la bonne insertion dans la famille d’accueil : 392
– le maintien des liens familiaux : 160
– pupilles à titre provisoire : 90
– l'état de santé ou la présence d'un handicap : 607
– l'âge  : 170
– l'existence d'une fratrie  : 219
– projet différé : 66
– recherche large de famille d’adoption : 104
– échec d’adoption : 57

 

           Pour en savoir plus : 

 

Accueil Remonter